Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
ACCUEILPRESENTATIONEVENEMENTS ECOULESAU FIL DE L'EAUASSOCIATIONSATELIERSPRESSEIMAGES DU PATRIMOINELIENSBIBLIOGRAPHIEINFOS - CONTACT
logoccpm2R_roueR_roueR_roue
Capture d’écran 2016-11-19 à 14.38.24Sans titre
29) Nicolas Koechlin
Capture d’écran 2016-06-05 à 14.41.28
Hôtel de la Société Industrielle
Nicolas Koechlin (1781 – 1852) résume à lui tout seul toute la philosophie entrepreneuriale du Mulhouse de la première moitié du XIXème siècle. Audace, libéralisme, philanthropie, un sens aigu des affaires, font de ce petit-fils de Samuel Koechlin (cofondateur de la première manufacture de toiles peintes en 1746) un modèle de capitaine d’industrie.

Fervent bonapartiste, il devient aide de camp de l’Empereur durant la campagne de France (1814) et les Cents jours, ce qui lui vaut d’obtenir la Légion d’honneur (elle ne lui sera remise qu’en 1828 par Charles X, lors du passage de ce dernier à Mulhouse).

Député (libéral) du Haut-Rhin de 1830 à 1841, il sera est l’initiateur de la loi sur le travail des enfants (1841), arrachée de haute lutte, mais sans effet réel, faute de la création d’un corps d’inspecteurs d’Etat, pourtant demandée. Il connaît son heure de gloire avec le développement du chemin de fer.

Véritable visionnaire, il crée la première ligne alsacienne, Mulhouse-Thann, en 1839, une des premières lignes d’Europe continentale. Il poursuit en 1841 avec la ligne Strasbourg-Bâle, première ligne internationale de l’histoire.

S’étant attiré l’ire de la banque parisienne, il se voit entravé dans son ambition de créer la ligne Paris-Strasbourg, dont il est évincé bien qu’il ait investi beaucoup d’argent dans son projet (ouverture de la ligne en 1851).

Il meurt aigri en 1852, après avoir englouti une bonne partie de son immense fortune dans l’aventure.
La Société industrielle de Mulhouse, née sur le modèle des Sociétés d’émulation du Premier Empire en 1826 a permis au bassin industriel du Haut-Rhin de connaître un développement extraordinaire au XIXème siècle.

Elle avait comme vocation l’acquisition, le développement et le partage du savoir industriel et technique au profit de ses membres.

La SIM a très tôt développé une politique de propagation du savoir, par la création d’une bibliothèque technique, d’écoles (reprise et développement de l’école de chimie créée en 1822, école de dessin, école supérieure de tissage et de filature).  
Victoires
Capture d’écran 2016-06-09 à 12.19.55