LOGO CCPM R_roue R_roue R_roue
Les patrimoines mulhousiens



HISTOIRES D'EAUX

L'eau est un élément naturel constitutif de la topographie et de l'histoire de Mulhouse.
La légende prétend que la ville serait née de la présence d'un moulin...
De nombreux documents ont été réalisés sur ce sujet.
La présence de l'eau dans le paysage urbain reprend ses droits, de façon plus ou moins allégorique, rappelant l'attachement fort des Mulhousiens à cette richesse naturelle.

La brochure Le Patrimoine naturel éditée par la Maison du Patrimoine en 2019 dresse un panorama
documenté du rôle crucial joué par l'eau dans notre ville.
PATRIMOINES MULHOUSIENS
Capture d’écran 2021-11-30 à 11.24.27 IMG_8180
Une histoire de Mulhouse au fil de l'eau (2020)
Un regard personnel et insolite sur notre ville,
par Françoise Hasson-Zundel - En librairie, 17 €
Nageur_20-10-2015-2489
Les bains de l'ILL en 1950
et le Jardin du réservoir au Rebberg
© Archives municipales
002 Roue-de-Mulhouse-10-©-French-Moments
LES BAINS MUNICIPAUX DE LA RUE CURIE

C'est Maurice Baumeister, formé aux Écoles polytechniques de Zurich et de Stuttgart, administrateur des travaux municipaux de 1911 à 1953, qui est chargé de la conception des bains municipaux de Mulhouse, assisté de Josef Müller. Ils constituent l'œuvre principale de Baumeister et lui valent une médaille d'or et un diplôme d'honneur à l'exposition internationale de Barcelone. En 1911, précisément, alors que la ville est confrontée à un fort accroissement de sa population (50 790 hab. en 1900, 197 022 en 1924), elle approuve la construction d'un établissement de bains avec piscines de natation destiné à pallier la disparition progressive des bains ouvriers et des bains de rivière. Après une interruption de chantier durant la première guerre mondiale, l'établissement est inauguré en 1925. Il est alors lui aussi considéré comme le plus moderne de France, proposant un grand nombre de prestations de qualité, allant des bassins de natation au simple bain en baignoire, en passant par les bains romains ou les « douches à effet ». 
La façade néo-classique d'inspiration allemande s'étend le long de la rue Curie sur près d'une centaine de mètres de long de part et d'autre d'un avant-corps central muni d'un portique à quatre colonnes d'ordre ionique et précédé d'un large degré. La façade sur rue abrite de part et d'autre du vestibule les cabines avec douches ou baignoires, réservées, au nord pour les hommes, au sud pour les femmes. Comme à Strasbourg, les bâtiments sur cour dont les combles et les toitures surpassent la façade principale, abritent les deux piscines réservées aux femmes et aux hommes, dont les espaces sont disposés perpendiculairement. Le corps central du bâtiment, comme à Strasbourg et Colmar, renferme les bains thermaux ou médicinaux, selon une organisation propre aux bains romains. Relié au nord, un petit bâtiment muni de grandes baies rectangulaires et d'une cheminée circulaire en brique hors œuvre, abrite la chaudière à charbon à double entrée conçue par la Société Alsacienne de Constructions Mécaniques, qui alimente les piscines en eau chaude.
L'accès se fait par un corridor sans vestibule. L'ordonnance de l'élévation conçue par Baumeister et Müller reprend le principe des voûtes en berceau à lunettes reposant sur des piles soutenant une galerie supérieure garnie de cabines de déshabillage. Les voûtes à double paroi reçoivent une mouluration imitant des faux caissons pour la piscine des femmes, et une mouluration soulignant simplement les travées pour la piscine des hommes, dont le bassin, d'une dimension de 12,50 m de large pour 25 m de long est plus grand que celui des dames, long de 17 m. Des occuli placés au centre des voûtes dissimulent derrière des grilles soit un éclairage électrique, soit une communication avec un lanternon en toiture, permettant ainsi un éclairage zénithal. Un niveau de tribune ferme l'extrémité de chaque piscine devant une vaste fenêtre thermale assurant un éclairage naturel. Enfin, les bassins sont arrondis à l'extrémité opposée au côté portant la fontaine.
Des vitraux à décor de verres colorés et à décor végétal avec inclusion de cabochons de verre réalisés en 1925 par Joseph Ehrismann garnissaient les baies des deux piscines qui ont conservé leur robinetterie en laiton, leurs pédiluves et leur réseau d'adduction d'eau.
Si le parti stylistique de la façade reprend des modèles néo-classiques allemands, les piscines reçoivent un décor tendant vers l'Art déco de façon assez marquée, notamment avec les horloges et les garde-corps de ferronnerie des galeries supérieures. Les parois des bassins sont, comme à Strasbourg et Colmar, revêtues de céramiques blanches par les établissements Zublin.

L'édifice a été classé monument historique en 2007.

© Patrice Triboux, Livraisons d'histoire de l'architecture, n°14, 2e semestre 2007
936-mulhouse-mulhouse-les-bains-municipaux 2 2019-Sports-loisirs-Piscine-Curie BAINS MUNICIPAUX Mulhouse 04 BAINS MUNICIPAUX Mulhouse 01 BAINS ROMAINS Mulhouse BAINS MUNICIPAUX Mulhouse 02 BAINS MUNICIPAUX Mulhouse 03
Les Bains Municipaux de la rue Curie
1924 : les bains en construction et l'hospice en cours de démolition
Le grand bassin
La chaudière au coke
La coupole
Bascule, bain romain et vannes
© archives et CCPM
BAINS ET HOSPICE Mulhouse